L’image que l’on dégage de soi à travers les visuels quel’on diffuse est fondamentale. J’avais commencé à aborder le sujet dans cet article « identité et positionnement » que j’avais initialement intitulé « Pourquoi la vie professionnelle ne décolle pas ? », mais sans entrer dans le décryptage de la dynamique symbolique qui est développée dans nos portraits.

Je propose de faire ce petit décryptage, cette petite analyse, pour aider à la compréhension du message que l’on véhicule.

J’ai plusieurs portraits différents de moi qui circulent sur les réseaux sociaux et sur mes blogs. Ces visuels différents correspondent à des dynamiques différentes suivant ce que je développe sur ces réseaux ou blogs. Je m’en suis rendu compte en commençant cette analyse sur moi-même. Mais seul c’est un peu réducteur, alors des volontaires seraient la bienvenue.

Il n’y a, à mon sens, aucun jugement en bien ou mal à porter sur la manière dont on se présente, mais seulement à comprendre ce que l’on fait et pourquoi on le fait, afin d’aligner notre positionnement professionnel avec les signaux que l’on envoie par notre image. Et cela devient passionnant. Par exemple, dans mon cas personnel, sur Facebook, j’ai mis une photo de moi les yeux baissés, la tête baissée, avec un sourire. C’est un signal qui envoie le message suivant : ceci est un espace intime, privée, que je réserve à mon intimité. Sur Facebook, je me suis rendu compte que je n’ouvre pas ou peu mon espace. Je ne développe, sur ce réseau, que des échanges avec mes proches. C’est comme cela que s’est construite mon identité Facebook. Sur Viadeo et les blogs, j’ai une approche très différente.

Au départ ces choix de visuels sont inconscients, mais ils ne sont jamais anodins. Alors quand on connait l’importance d’Internet  dans les recrutements et la perception des employeurs relisez (Pourquoi la vie professionnelle ne décolle pas ?« ), il est important de passer de l’inconscient au conscient pour identifier notre positionnement et savoir s’aligner avec lui selon ce que l’on désire vraiment.

Souvent les échecs du développement professionnel viennent, non pas d’une inadaptation mais d’une inadéquation. On n’est pas pas inadapté à la société ou au travail, mais on cherche souvent à se positionner là où n n’est pas à notre place. On répond à des schémas de réussite sociaux, culturels, familiaux, éducatifs… auxquels nous croyons dur comme fer, sans se connaître ni comprendre la place qui est naturellement la nôtre.

Les signaux inconscients que l’on envoie nous trahissent très vite. Apprenons qui nous sommes vraiment, quelle est notre place, et notre image se mettra naturellement en cohérence avec notre discours.