En recherchant sur le net les coordonnées d’une église protestante, je me suis promené sur le portail national de l’église réformé. C’était plein d’information, d’acronymes, de mots techniques. Je me demandais si j’étais bien là où je pensais être, sur le portail d’une institution religieuse chrétienne.
Par mon métier, j’ai analysé beaucoup de sites Internet, j’ai conseillé et accompagné des ministères et des institutions comme le Conseil d’Etat dans la refonte éditoriale de leur site. J’ai donc  quelques réflexes professionnels qui me permettent de rapidement analyser et cerner un corpus numérique en ligne pour voir s’il est cohérent avec l’identité et la mission de l’institution.

En général, les mots que l’on utilise le plus révèle nos préoccupations réelles majeures. Je me souviens, par exemple, d’un site de ministère dans lequel  le nom de la ministre apparaissait plus souvent que l’objet du ministère lui-même.

Je me suis demandé ce que donnerait une analyse sémantique du portail de l’église réformé de France et j’ai passé les mots de la page d’accueil à la moulinette pour voir ce qu’il en sortait. Voici le résultat :
eglise-protestante
Plus un mot est gros, plus il est répété, plus il est petit, moins on le trouve dans la page d’accueil, révélant une préoccupation moindre.
En voyant le résultat, quelque chose m’a choqué tout de suite, alors j’ai refait le même exercice avec le portail de l’église Catholique de France, voici le résultat :
eglise-catholique

Le résulat était pour moi tout aussi choquant. J’ai donc continué mon enquête en cherchant cette fois le portail de l’islam de France. Voici le résultat :
islam-de-france

Pareil, même constat, tout aussi choquant. Pour des raisons techniques, je n’ai pas pu continuer mon enquête sur le judaïsme mais l’analyse visuelle de la page d’accueil révélait le même constat, tout aussi choquant.

Lequel me diriez-vous ? Quel mystère je fais là. Les protestants mettent « Calvin » et « Protestant » en avant, les catholiques en bonne église universelle font valoir les mots « France » et « Eglise », les mulsumans, les mots « Islam » et « Coran ». Quoi de plus normal. Quel est le problème?

Le voici le problème, il est très simple. Ces institutions ne sont-elles pas celles dont on pourrait s’attendrer à ce qu’elle nous parle d’AMOUR, de FRATERNITE, de SOLIDARITE, de BIENVEILLANCE

Où sont ces mots dans leurs préoccupations d’aujourd’hui ?
Quelle place occupent ces mots dans leurs préoccupations d’aujourd’hui ?