J’ai été très souvent malade. Adolescent, j’avais des angines à répétition et des sinusites très violentes au point que pendant mes années de lycée je devais manquer à peu près 2 mois par an. J’ai consommé une bonne dose d’antibiotiques jusqu’à ce qu’ils deviennent inefficaces, ce qui m’a fait rechercher d’autres méthodes de soin. J’optais pour l’homéopathie, puis plus tard pour l’écoute du corps.

Aujourd’hui, mon premier médicament est d’écouter les raisons pour lesquelles je suis malade. Je suis dans cette apprentissage qui est complétée par une recherche d’alimentation saine et peu ou pas carnée. Michel Odoul et Lise Bourbeau sont les principaux auteurs qui m’ont guidé dans cette ouverture. Le corps n’est pas un objet fonctionnel mais le prolongement de ce que nous sommes à l’intérieur, il nous indique ce que nous faisons pour nous aider à nous réorienter. J’ai appris de mes maladies et de mes expériences que la conscience de la collaboration est plus puissante que celle de la lutte.

Le reiki, l’aïkido m’ont éduqué dans ma présence au monde par le corps, ils m’ont appris à gérer mes émotions, à trouver ma place et à voir le monde autrement.