Beaucoup de techniques d’accompagnement identifie chez les individus ce que l’on appelle les “croyances limitantes”. Ce sont des croyances qui limitent le développement de la personne dans des cadres réduits de possibilités. Par exemple, une personne qui croit que l’argent est sale sera limitée par cette croyance dans son abondance. Une autre qui pense que le sexe est sale sera limitée par cette croyance dans son épanouissement sexuel.

Nos croyances ont un pouvoir très fort sur nous. Elles sont les racines des pensées que nous émettons tout au long de nos journées et de nos vies. Et ce sont ces mêmes pensées qui créent notre réalité. Les gens qui pensent que l’argent est sale en ont peu, ceux qui croient que le sexe est sale n’ont guère d’occasion de vivre une sexualité épanouissante.

La plupart du temps, nous sommes inconscients de nos croyances limitantes parce que nous ne voyons pas qu’il s’agit de croyances. Nous les ressentons plutôt comme de bons préceptes moraux ou des vérités que nous avons hérités et qui nous permettent de fonctionner dans le monde en nous protégeant de nos instincts primaires… Croire que l’argent est sale nous préminue de l’avidité, croire que le sexe est sale nous prémunie de la luxure, pour reprendre ces deux exemples. Dans une certaine mesure, ces croyances limitantes peuvent, ou ont pu nous aider à vivre en communauté en dominant certains instincts. Les thérapies et autres techniques d’accompagnement aident à prendre conscience de certaines de ces croyances, comprendre leurs origines et s’en détacher pour se donner de nouvelles possibilités de développement personnel.

Certaines nous ont été inculquées par notre éducation, notre famille, notre culture. D’autres ont été créées par nous-mêmes pour donner un sens à notre histoire personnelle ou nous protéger. Un enfant batu croira que les sévisses ne sont pas si graves car s’il envisageait qu’ils le soient, il devrait rejeter ses parents et leur éducation, mais se retrouverait seul et isolé à un âge où il n’aurait aucun moyen de survie.

Cette inconscience a pour conséquence que nous n’avons pas une réelle connaissance de nous-même et de ce que nous créons dans nos vies. Si certaines croyances peuvent fonctionner comme d’utiles gardes-fous tant que nous n’avons pas une conscience très développée, la plupart limitent notre développement de manière totalement inutile et s’étendent bien au-delà des croyances morales.

Nous n’avons pas vraiment idée du niveau d’inconscience dans lequel nous vivons. Une part importante des limitations qui nous habitent est inculquée et perpétuée par des croyances collectives très profondément enracinées dans la société dans laquelle nous vivons. Ce sont sans doute les plus dangereuses de toutes car elles dépassent notre histoire personnelle ou celle de nos familles. Il n’est pas facile, voir impossible de les identifiées lors d’une thérapie personnelle. Il s’agit plus d’un chemin personnel qui nous mène à les découvrir.

Elles exigent, afin de nous en défaire, que nous osions remettre en question certaines autorités morales, éducatives, scientifiques, médiatiques, politiques et religieuses de notre société car elles sont profondément enracinées dans notre système de pensée. Il n’est pas évident de rentrer dans cette démarche. Notre habitude est de nous comporter comme un enfant qui a besoin de sentir une forme d’autorité au-dessus de lui. Lorsque l’on entre dans la conscience des limitations collectives, il est préférable de se définir comme son propre maître et de ne plus rechercher d’autorité extérieure à soi-même.

Dévoiler les croyances limitantes collectives est un chemin personnel. Lorsque nous l’empruntons nous risquons de rencontrer beaucoup de sentiments perturbants, de nausées, de colère, de tristesse. Lorsque nous prenons conscience de notre état de conditionnement, des croyances limitantes que nous portons depuis si longtemps et de leurs origines, il se peut que nous soyons traversés d’émotions particulièrement difficiles à vivre. Quelques fois, on reste incrédule longtemps. Etudier calmement et sereinement est important. On trouve beaucoup d’informations sur Internet, certaines sont de très bonnes qualité, d’autres sont plus tendancieuses. Le discernement est important, et dans ce domaine des croyances limitantes collectives, on a besoin d’intuition et de beaucoup de discernement pour faire le tri entre l’information authentique et sincère, le sensationnel, l’approximatif, le demi vrai et le complètement bidon.

Sans une foi bien ancrée dans la vie, je ne conseille pas de soulever ses voiles. Si je fais cet avertissement, c’est parce que j’en ai fait l’expérience de longs mois durant. La levée du voile peut être remuante. Le risque majeur si vous n’avez pas une profonde foi dans la vie est de vous enfermer dans la colère. Soyez donc prudents. Ne restez pas dans la colère lorsque vous découvrirez ces croyances limitantes collectives. La colère pourra émerger, mais rappelez-vous que nous sommes individuellement responsables de nous-mêmes et que nous consentons tous à notre expérience de vie sur un certain plan de notre existence. Il ne sert à rien de générer de la colère contre quelqu’un. Il est plus appropriée d’étudier à fond nos croyances, de les remettre en question et de modifier nos croyances. Cela suffit. Modifier nos croyances modifie notre réalité. Si vous voulez agir, faites-le pacifiquement.

Je vais rester sobre dans ce qui va suivre et vous proposer une piste pour éveiller ceux qui en ont envie à lever une croyance limitante collective fondamentale. Il y en a d’autres. Cherchez.

Celle-ci concerne une croyance que nous portons tous en nous et qui concerne l’idée qu’il existerait une limite de l’énergie dont nous disposons sur notre planète. Nous avons été éduqués à croire que l’énergie dont nous disposons sur terre existe en quantité limitée. Nous avons aussi été éduqués à croire que son utilisation polluante limitait considérablement l’accès au développement et à l’énergie pour l’ensemble des êtres humains sur la terre. Et finalement nous trouvons acceptable qu’une grande majorité de l’humanité vive avec un dénuement incroyable comparé au mode de vie occidental. Nous pensons qu’il ne serait guère possible de vivre dans un monde avec un développement égal pour tous et que ce monde à deux, trois ou quatre vitesses est finalement assez bien adapté aux limitations d’énergie disponibles. Nous acceptons la pollution et les maladies engendrées par les énergies fossiles. Nous acceptons que cela réduisent notre mobilité quand cela devient excessif. Du point de vue individuel, nous acceptons que les limitations des énergies et la grande insuffisance des énergies renouvelables (solaire, éolien…) rendent l’énergie de plus en plus chère. Nous adhérons à l’idée qu’il faille mettre d’années en années, un peu plus la main à la poche pour payer nos factures de carburants, gaz, électricité puiqu’il s’agit de biens limités et rares que nous avons le privilège de pouvoir nous payer. Nous sommes inquiets de l’avenir et de celui de nos enfants. Nous trouvons presque normal que l’on mène des guerres pour maîtriser l’énergie et sa distribution car nous savons que notre dépendance énergétique est grande. Nous acceptons le nucléaire parce que l’on n’a pas trouvé mieux et que cela nous a, en France, rendu presque indépendant. Nous acceptons le risque du nucléaire, même s’il est extrêmement important. Je pourrais continuer ainsi longtemps la liste des croyances qui découlent de la simple croyance que l’énergie disponible sur notre terre est en quantité limitée. A elle seule cette croyance nous fait accepter comme un fait incontournable l’état calamiteux du monde, les guerres et la pénibilité de notre condition de vie à devoir travailler dur pour payer nos factures énergétiques. Ce n’est pas rien, vous en conviendrez.

En fait, l’énergie est disponible en quantité illimité sur Terre. Nous le savons depuis longtemps. Depuis au moins un siècle. Cette énergie est disponible de manière très aisée. Elle ne nécessite pas de creuser des puits à des kilomètres de profondeur ni de faire éclater des roches. Moyennant des équipements peu couteux, elle peut être mise à disposition de tous les êtres humains sur la terre pour chauffer leurs habitats, faire fonctionner les appareils ménagers, voire faire fonctionner des moteurs de véhicule pour des coûts quasi nul. Il y a plusieurs formes d’exploitation de cette énergie. Le principe est que cette énergie que l’on appelle “énergie libre” ne brûle pas de carburant fossile ni ne réalise de fission de la matière. Elle ne produit pas de déchet. Elle est propre et peut même produire de la matière métaux dans certaines utilisations.

L’énergie propre en quantité illimité existe. Toutes nos croyances basées sur les limitations en énergie sont fausses. Notre vision de l’économie et de l’écologie sont à revoir. Les énergies renouvelables d’aujourd’hui restent couteuses et limitées. Vous vous demanderez peut-être pourquoi les scientifiques et les mouvements écologiques ne divulguent pas ces idées. Regardez les reportages plus bas.

Il y a des résistances puissantes au développement de cette énergie libre qui, si elle était diffusée à grande échelle, ruinerait les plus puissantes fortunes d’aujourd’hui.

De nombreux inventeurs ont mis en évidence cette énergie libre et l’on utilisé sans trop comprendre d’où elle provient. Certains sont morts étrangement, d’autres on vu leur laboratoire détruits, et d’autres encore ce sont vu offrir des milliards de dollars pour enterrer leurs inventions. Il semble qu’aujourd’hui, l’Internet nous offre la possibilité de soutenir le déployement des méthodes d’accès à cette énergie, protégeant un peu leurs inventeurs par un lien direct avec le public. Utilisions ce lien.

Vous voulez en savoir plus, regardez ces trois vidéos. Et rappelez-vous ceci : “aujourd’hui juste aujourd’hui pas de colère”. Changez vos croyances, ne cherchez pas à changer le monde par la force et la colère. Chacun de nous peut contribuer à développer l’énergie libre sur la Terre, discrètement et intelligemment.

Si vous décidez de regarder ces vidéos ne tournez pas en boucle sur les questionnements stériles du type “Pourquoi n’avons-nous pas développez ces énergies plus tôt?” ou “A qui profite cette mascarade ?” Ces questionnements ne mènent nulle part ailleurs que dans le ressentiment et la colère.

Dites vous plutôt “Si aujourd’hui en mon âme et conscience je pense que l’énergie est libre et disponible en quantité infinie et quasi gratuitement sur la Terre, qu’est-ce que cela change maintenant dans ma manière de penser? Quelles sont les vieilles croyances que je dois remiser? Quelles pensées ne sont plus valables? Par quoi vais-je les remplacer? Comment je vois et pense le monde aujourd’hui?” Ainsi vous contribuerez à créer un autre monde.

Bonnes vidéos ! (de préférence, visualisez les vidéos dans l’ordre proposé)