Récemment, je recevais une personne en séance de coaching. Lors de la séance elle arrivait clairement à exprimer ses intentions dans le cadre de sa vie professionnelle, mais elle avait du mal à imaginer les communiquer de manière claire.
Il y avait des réticences « Oui, mais les gens ils ne vont pas comprendre. » ou « Les gens ils ne seront pas prêts à s’engager dans la voie que je propose à 100%, alors ça va être pénible. »
On a travaillé la clarification de ses intentions pour être bien sûr que ce point était posé de manière juste. Lorsque l’intention est mal comprise, lorsque l’on se cache à soi-même le vrai but de ce l’on veut faire, tout rate car notre énergie inconsciente qui connaît notre vraie intention agit dans un sens différent de notre énergie consciente qui croit poursuivre un vrai but. Inconsciemment, on faire rater nos actions.
Dans notre cas, l’intention ne fut pas longue à clarifier, mais cela coinçait encore quelque part.

Il y avait une résistance à imaginer poser clairement des prestations qui puissent s’accorder avec l’intention du travail qu’elle voulait mettre en place. La cliente mettait en avant des résistances repoussoir pour se protéger de ses futurs clients. Elle se protégeait d’avoir à gérer des clients qui ne soient pas à 100% en accord avec son intention à elle.

Elle fantasmait de pouvoir manifester instantanément son intention dans son futur travail et voulait se prémunir d’avoir à gérer des clients qui ne s’accorderaient pas immédiatement avec son intention.

Je mis un peu de temps à soulever le lièvre, et quand il me fut clairement apparu, je me rappelais un principe de l’évolution de l’être humain enseigné par Neale Donald Walsh : la voie de la maîtrise consiste à raccourcir le temps entre l’intention et la manifestation. Les maîtres qui parcourent notre terre font tous ce chemin. Ils développent une conscience de plus en plus aiguisée et claire qui leur permet de manifester ce qu’ils ont l’intention de créer. Certains vont même jusqu’à manifester des guérisons ou des objets qui n’existaient pas. Il s’agit là de fait exceptionnels et impressionnants, mais nous faisons tous cela tous les jours à notre manière.
L’exemple le plus récent que j’ai en tête vient d’un moment passé avec ma compagne. Nous étions en train de fumer une chicha et le charbon s’éteignait. On décidait d’en rajouter un deuxième, mais comme il se faisait tard, on décida qu’un demi suffirait. Ma compagne pris le charbon et essaya de le couper en deux avec ses mains, mais il résista. Elle essaya encore une fois, il résista encore. Elle l’alluma en le mettant sous la flamme. D’une petite explosion, il se brisa lui-même en deux !
Il y a comme cela des milliers de choses que nous vivons chaque jour qui s’accordent à notre intention sans qu’on s’en rende compte et sans effort de notre part. Juste parce que nous n’avons aucun doute sur le fait que cela doit se faire.

Lorsque les choses pas ne s’accordent à une intention claire de manière automatique, simple et fluide, ce n’est pas le signe que le monde est mal fait, c’est le signe que nous ne sommes pas encore convaincu d’y avoir droit ou d’en être capable. Il va donc falloir oeuvrer pour atteindre cette facilité que nous avons dans d’autres domaines, mais pas dans celui là. Souvent, notre travail est un domaine dans lequel on a le potentiel, le désir et l’intention, mais pour lequel nous devons encore oeuvrer pour le manifester.

La manifestation de l’intention devra alors passer par des expériences plus ou moins compliquées où il faudra remettre plus d’une fois notre travail à l’ouvrage. Chacun de nos clients, chacun de nos projets, chacune des personnes que l’on rencontrera viendra faire un effet miroir à la partie de nous qui ne sait pas encore manifester son intention sans la croyance qu’il faut oeuvrer dur pour l’obtenir. Nous voyons ainsi dans nos clients, avec un petit sourire amusé, une occasion de croire avec eux à la réalité de ce qu’ils désirent manifester en eux.
Si nous sommes honnête en tant que coach ou guide, nous avons juste quelques longueurs d’avance à peine sur nos clients. Nous avons réalisé la même expérience une ou deux fois avant eux et nous avons réussi avec la foi, à passer l’épreuve, à manifester notre intention. Il n’y a pas beaucoup de distance entre un client et son coach. S’il y en a trop, le coach n’apprend plus rien et il s’ennuie. Le coach ou l’accompagnant malhonnête est celui qui guide sur un chemin qu’il ne connait pas.

L’intention se manifeste par l’expérience. Et tout travail nous confronte à une expérience ou notre intention aura une occasion de se manifester à travers la relation que nous avons avec les autres, nos clients, patrons, collègues…

Vouloir passer de l’intention à la manifestation sans passer par l’expérience est une illusion, un fantasme de maîtrise qui nous protègerait de passer par l’expérience. Mais cette expérience, aussi compliquée soit-elle, aussi décevante, désespérante parfois, est un passage absolument nécessaire pour nous aider à croître en nous-mêmes et à nous débarrasser des croyances qui nous empêchent d’atteindre notre intention.

Ne refusons pas l’expérience, au contraire, aimons là, bénissons là. L’expérience, c’est la sève de la vie qui nous fait grandir chaque jour.