Les spécialistes du surdouement (l’étude et l’accompagnement des enfants surdoués) estiment que :

  • 1/3 des enfants surdoués sont en échec scolaire,
  • 1/3 deviennent des élèves aux résultats moyens,
  • 1/3 arrivent à utiliser leur potentiel à l’école.

D’après Faysal Hafidi, 92% des êtres humains les plus créatifs ont moins de 5 ans. Une fois la moulinette normative de l’école mise en route, il ne reste plus que 8% des individus qui conservent leur créativité originelle.

Ce mystère du système scolaire, créateur d’échec scolaire et castrateur de créativité, pourrait trouver une explication dans la vidéo suivante : les 5 qualités qui font échouer à l’école et réussir dans la vie de Faysal Hafidi. C’est drôle, c’est pertinent, c’est efficace et c’est redoutablement vrai. Je vous laisse vous délecter avec ces 19 minutes de pur bonheur. Une vidéo que tout parent un peu stressé de voir ses enfants avoir du mal à s’adpater au système scolaire devrait se passer en boucle. Histoire de se désintoxiquer un peu.

L’école et le système scolaire nous ont tellement persuadé d’avoir raison que nous avons du mal à voir ce qui ne marche pas dans l’apprentissage scolaire : c’est un système qui n’est pas conçu pour rendre les enfants heureux et faire des adultes responsables et épanouis.

Le système scolaire est difficile à vivre pour les enfants, mais il l’est encore plus quand les parents ne soutiennent pas leurs enfants et perdent confiance en eux en leur imposant de rentrer dans le système aux forceps ou en courbant l’échine.

Et si on arrêtait de faire de nos enfants des inadaptés de la vie pour en faire des adapter du système scolaire? Le système scolaire ne marche pas pour tous, et pour tous marche de moins en moins bien. Quand cela ne marche pas, on peut se poser des questions et être plus attentif à la spécificté de nos enfants.

Osons valoriser et soutenir leur créativité, leur passion, leur curiosité, leur but et leur sociabilité, même si de l’avis du proviseur ou de la maitresse, cela serait dangereux pour eux et leur avenir. Combien de fois n’avons-nous pas entendu « c’est beau de rêver, mais il faudrait se mettre à travailler ». Et si ces petites phrases là étaient de vrais mauvais conseils?

La démonstration en image :